RSS

Monthly Archives: June 2016

The claws of corruption tear into Cameroon’s Memve’ele hydroelectric project, by Chofor Che, 30 June 2016


The National Anti Corruption Agency of Cameroon with French acronym CONAC released its 2014 anti corruption report on Monday the 27 of June 2016. Reverend Dr. Dieudonne Masi Gam, President of CONAC revealed to the public that the state of Cameroon has lost over 17 billion frs cfa to corruption with respect to several major projects including the Memve’ele hydro electric project.

Cameroon Tribune dated the 28 of June 2016, reports that an alarm was raised by the affected population of the Memve’ele hydroelectric dam project in Nyabizan, a locality found in the South region of Cameroon of gross malpractices in the payment of compensation to victims. Several teams from CONAC were sent to the field in 2014 to investigate these malpractices. It was realised that over 1.7 billion frs cfa which was supposed to be given to victims who had lost buildings and crops because of this very important project was swindled. According to Cameroon Tribune and other local papers like Le Messager, many people who were not to benefit from such compensation falsely benefitted.

There were signs of joy and satisfaction on the faces at the locality of Nyabizan, host to the highly economic-driven Memve’ele Hydroelectric Power Project on June 15 2012 when the Head of State, President Paul Biya layed the foundation stone for the project to officially kick off. According to a report by Cameroon Tribune dated 18 June 2012, the population was indeed edified by this ceremony personally presided by the President of the Republic. For a state whose electricity supply merely reaches 900 kilowatts for an ever growing population coupled with an estimated demand of almost double that amount pending the realisation of many announced industries, it was but normal for Cameroonians from all over the country to have braved the thick Equatorial forest and poor state of road to be part of this important event.

“Without energy, there can be no real development. There can be no industry. Our agricultural and mineral raw materials cannot be processed. In short, there can be no modern economy.” These revelation from the President of the Republic captured in the above mentioned Cameroon Tribune report of 18 June 2012 gave a true picture of the chronic energy situation the country faces. The President acknowledged that the chronic power outages in the country have made the lives of a great portion of the population unbearable. “The often extended periods of load shedding have also disrupted work in government services, social services such as hospitals, and even security agencies”, he added that the chronic electricity crisis in Cameroon has not only led to material damage but also led to the loss of human lives. The Head of State promised Cameroonians that the construction of Memve’ele hydroelectric dam was just the beginning of good things to come. “In the coming months, construction works on the Lom Pangar and Mekin dams and power plants will be launched and further studies for the Warak and Menchum hydroelectric dams will be conducted, pending the completion of the Sanaga hydroelectric power project”, he added.

It is rather a shame that five years after, this long awaited hydroelectric project should be entangled in a claws of corruption. There is no gainsaying that Cameroon is ranked as one of the most corrupt countries in the world. This is evidenced by Transparency International reports as well as reports from the Mo Ibrahim Foundation. Several authorities have been arrested because of corrupt malpractices especially with respect to water and energy projects but the situation continues to get worse. Part of the reason why Cameroon is still plagued by such scandals is that there are so many uncoordinated and inadequate legal and institutional safeguards in place to fight corruption. It is true that the country has several anti corruption units especially housed in ministerial departments, but in actual fact these anti corruption units are inefficient and poorly staffed. It is very disturbing that an anti corruption agency such as CONAC should produce its 2014 report in 2016. The production of a report of such magnitude should be twice a year. Besides findings of other corruption agency in the country remain a secret to the Cameroon population and the international community. There is no need for the creation of several ineffective anti corruption agencies which are heavily funded by tax payers monies while the country continues to be ranked as one of the most corrupt countries in the world.

The country has to thus revisit its anti corruption strategy especially with respect to hydroelectric projects such as the Memve’ele hydroelectric project. Government officials commissioned to undergo such compensations need to be well trained. There is equally a need for mixed commissions which include anti corruption experts, members of the companies carrying of the projects, representatives of the populations like Mayors and Parliamentarians and Senators. Such measures may go a long way to curb corruption.

Chofor Che is Chair/Co founder of the Central African Centre for Libertarian Thought and Action, Cameroon. He is also an Atlas Leadership Academy graduate, analyst with AfricanLiberty.org and LibreAfrique.org

Advertisements
 
 

Tags:

Opportunités, défis et perspectives de développement du transport aérien au Cameroun, par M. Atangana Ondobo Guy Martin, Expert en Politique Publique, Intégration Régional et transport aérien et analyst avec CACLiTA, 30 Juin 2016


Le 23 Avril 2016, le CENTRE DE L’AFRIQUE CENTRALE POUR LA PENSEE ET L’ACTION LIBERTARIENNE (CACLITA) a tenu une séminaire au Monasterere des Benedictins, Mont Febe, Yaoundé, Cameroun. Dans la seconde partie de notre séminaire sur le thème « La refonte du climat des affaires au Cameroun » nous avons eu un exposé sur Opportunités, défis et perspectives de développement du transport aérien au Cameroun, par M. Atangana Ondobo Guy Martin, Expert en Politique Publique, Intégration Régional et transport aérien et analyst avec CACLiTA. Ce thème qui a pour objectifs d’expliquer le fonctionnement du marché aérien, détermine les forces et faiblesses du système aérien, les contraintes, les défis présents et futurs, se déclinait en deux grandes parties :

• Opportunités d’investissements et de développement aérien au Cameroun ;
• Les défis majeurs.

Dans le cadre des opportunités, il s’est agit de parcourir :

1emt : Le cadre réglementaire et institutionnel : Ce cadre qui s’est avéré fiable et sujet à des audits, se décline en :
 Normes nationales, internationales et communautaires (avec des institutions de régulations, de gestion et d’assistance au sol et en l’air, comme ADC et ASECNA), œuvrant pour la bonne navigation et à éviter les collisions et le décrochage. Néanmoins, ce cadre est complexe géographiquement et matériellement ;
 Un potentiel de marché ;
 Une demande et une offre ; des règles et des stratégies.

2emt : Le marché de transport aérien au Cameroun : qui a acteurs répartis dans l’offre et la demande.L’offre=Compagnies aériennes; Demande=passagers (domestiques et internationales). Les statistiques présentées à cet effet relèvent une hausse entre 2011 et 2012 venant du mauvais état de nos routes.

3emt : le fonctionnement du marché : qui met en exergue 3 règles principales à respecter, à savoir :
 L’égalité des chances : accorder un libre accès au marché aérien, avec exception faite au niveau des vols intérieurs, qui sont l’apanage des compagnies aériennes nationales, sauf en absence de celles-ci ; Dans ce cas, on aura « le cabotage » ; Néanmoins, certains pays ont jusque là des mesures protectionnistes ;
 L’équité : à l’effet d’éviter les distorsions ;
 La réciprocité : il s’agit ici de l’asymétrie dans le traitement pour aboutir à des clauses bilatérales. Par ailleurs, il ya des options stratégiques offertes depuis la libéralisation à savoir : la fusion dans l’acquisition, les alliances dans le cadre de la mutualisation, pour développer les compagnies, le code sharing (deux compagnies opèrent sur un même N° de vol).
Concernant les défis et les perspectives :
Pour les défis :
 Les contraintes de sûreté et de sécurité : qui soulignent des obligations de sûreté et de sécurité aérienne. Elles prennent en compte d’une part l’homme, le matériel, le risque aviaire et d’autre part : la formation du personnel, les fautes à titre d’exemple. Dans le but de réduire le risque aérien ;
 La libéralisation : c’est l’allègement étatique. Exemple : les tarifs, les fréquences, les capacités.
Pour les perspectives :
 Le cadre multilatéral ou bilatéral, qui regorge les enjeux de sécurité juridique pour les opérateurs ;
 Le ciel ouvert régional ou global.
En outre, le transport aérien s’avère rentable à moyen terme. Néanmoins, il apparaît comme un service public mais aussi comme une activité commerciale. Le Cameroun est une locomotive de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), et a un bon risque de sécurité.

 
Leave a comment

Posted by on June 30, 2016 in Uncategorized

 

Aspects socio-économiques de développement au Cameroun: les opinions de Me ETOUA, avocat au barreau du Cameroun et analyst avec CACLiTA, 30 juin 2016


Le 23 Avril 2016, le CENTRE DE L’AFRIQUE CENTRALE POUR LA PENSEE ET L’ACTION LIBERTARIENNE (CACLITA) a tenu une séminaire au Monasterere des Benedictins, Mont Febe, Yaoundé, Cameroun. Dans la seconde partie de notre séminaire sur le thème « La refonte du climat des affaires au Cameroun » nous avons eu un exposé sur Aspects socio-économiques de développement au Cameroun par Me ETOUA, avocat au barreau du Cameroun et analyst avec CACLiTA. Après les civilités d’usage, l’exposant a tenu a situé cette présentation, qui dès son entame trouve sa justification dans un contexte marqué par le lancement de grands travaux dans le Cameroun. Grands travaux qui nécessitent entre autres, de grands financements, et la flexibilité quant à l’accès à la justice pour les investisseurs et les commerçants.
Il s’est donc agit de passer en revue deux grands aspects :
• L’aspect juridique
• L’aspect économique

 Concernant l’aspect juridique, il été relevé qu’il faut :
 Une lisibilité sur l’action législative au Cameroun dans l’optique d’une harmonisation ;
 Mettre sur pied un principe de codification des lois Camerounaises, pour éviter l’asymétrie d’information et permettre à la population de mieux connaître les lois ;
 La ratification des traités, pour avoir la « Constatation » ;
 La mise en œuvre des traités internationaux, nous conduisant à l’internationalisation des lois (à l’effet de les mettre en application en interne), et publier les traités ratifiés. Avec en exemple le cas de certains textes OHADA, qui prévoient les violations, mais pas les peines y afférentes ;
 L’accès à la justice pour les investisseurs. Car un investisseurs ne peut pas saisir une autorité compétente en cas de problème ;
 Avoir l’autorité indépendante de régulation.

 Dans le cadre des aspects économiques, il a été souligné que nos dirigeants sont à féliciter en ce sens qu’ils ont été stratégiques dans des négociations surtout en ce qui concerne les APEs. Néanmoins, l’aide extérieure au développement est à décliner, car elle regorge toujours des contraintes nocives à nos économies.

Il faut par ailleurs, avoir un regard accru sur :
Les accords de libre échange et les partenaires au développement. Avec pour épée de Damoclès les grands intérêts. Car lorsque l’intérêt est important, cela heurte la liberté véritable de décision et de choix.

CACLiTA

 
Leave a comment

Posted by on June 30, 2016 in Uncategorized

 
 
%d bloggers like this: